Boeing : les dispositifs sont fiables contre le piratage

Si le FBI a arrêté un individu qui affirme avoir réussi à pirater un 737, Boeing stipule que les dispositifs de divertissement et les systèmes de vol de ses appareils utilisent des réseaux différents, qui sont raccordés seulement par un dispositif impossible à pirater.

Le FBI prend très au sérieux les allégations de Chris Roberts, un expert en sécurité informatique, qui prétend avoir pu pirater à 15 reprises des Boeing 737 en plein vol grâce à un ordinateur portable qu’il a connecté au système de divertissement. Mais Boeing reste sceptique concernant les risques de piratage des éléments essentiels sur l’avion par un tiers, même si celui-ci est à bord de l’appareil.

Selon le porte-parole du constructeur d’avion américain, les IFE (systèmes de divertissement) sont séparés des systèmes de navigation. Même si les IFE reçoivent des informations concernant le positionnement de l’appareil et bénéficient de liens de communication, des dispositifs les isolent des systèmes vitaux, poursuit-il.

Cela étant, le constructeur ne dément pas l’éventualité d’un piratage depuis un siège passager. Mais il stipule que dans de telles circonstances, plusieurs mesures de secours sont directement mises en place. Parmi elles, le pilote peut annuler les ordres incohérents au plan de vol depuis sa cabine.

D’après Phil Polstra, spécialiste en sécurité informatique sur les avions, c’est pratiquement impossible de pirater l’ensemble des systèmes de navigation et de vol tout simplement en se connectant aux systèmes de divertissement. Les informations de vol proposées sur l’écran passager ne viennent pas d’un protocole TCP/IP, ce qui rendrait impossible le renvoi des données à l’EICAS, martèle-t-il.

Dépendant de la décision de la justice, le FBI pourrait avoir l’autorisation de fouiller les équipements de Chris Roberts, y compris les ordinateurs qu’il a utilisés, pour savoir s’il y a vraiment eu piratage.

Laisser un commentaire