Les voitures autonomes de Google arpentent la Silicon Valley

Ça y est ! Google vient d’essayer en conditions réelles ses voitures autonomes. Avec une vitesse maximum de 40 km/h, la Google Car a arpenté les routes publiques de la Silicon Valley.

On sait désormais que les voitures autonomes de Google ont été testées en situation réelle. Le géant d’internet les a fait rouler sur les routes de Mountain View. Mais pour une meilleure sécurité, ces véhicules ne peuvent rouler à plus de 40 km/h. Le but de cette limitation est notamment de minimiser les dommages en cas d’accident : sortie de route, collision, etc.

Google a affirmé que durant ce test, une vraie personne a été placée à l’avant du véhicule. Celui-ci est censé reprendre le contrôle si besoin est.

De telles conditions ont été imposées par les autorités californiennes afin de dépasser la phase d’essayage sur route publique. Jusqu’à maintenant, Google n’était autorisé qu’à faire circuler des modèles de Lexus modifiés.

De légers accidents

Avec l’essai sur route, la firme de Mountain View veut amasser de nouvelles données en vue d’améliorer la technologie embarquée dans le véhicule, surtout l’anticipation de circonstances inattendues comme les déviations, le passage de piétons ou encore le comportement d’autres automobilistes. De telles conditions devraient contraindre la voiture à reparamétrer sa vitesse et sa direction.

En mai dernier, Google était vivement critiqué en termes de sécurité sur ses prototypes. Certains ont dénoncé un manque d’information qui ne permet pas d’avoir la certitude sur la fiabilité du véhicule. Face à ces critiques, l’entreprise était obligée de confier que ces prototypes avaient subi 11 accidents légers depuis le commencement du projet en 2009.

Mise au grand jour en 2014, la voiture autonome de Google est une petite voiture électrique avec un style relativement sommaire et qui ne peut recevoir que 2 passagers. En fonction des résultats des tests, le géant d’internet

Laisser un commentaire